Jours 40, 41, 42 et 43: Missoula, MT / Ravalli, MT / Saint Ignatus, MT / Ronan, MT

La météo capricieuse nous pousse à rester une nuit de plus à Missoula. Pour cette dernière journée, afin de ne pas abuser de la générosité de Julia et Max, nous avons pris contact avec Ethel McDonald, une autre membre du site WarmShowers.   

merci Max et Julia

  
Avant de nous rendre au domicile d’Ethel, nous nous arrêtons au siège d’Adventure Cycling Association. Il s’agit d’un organisme à but non lucratif très connu aux États Unis, dont l’ambition est de promouvoir l’utilisation du vélo comme moyen de transport. Ils font beaucoup de lobbying pour la création de pistes cyclables et publient chaque année un guide des meilleurs routes pour cyclistes. Le siège d’ACA est un peu la Mecque du vélo aux États Unis. 

 

devant les bureaux d’ACA

 
La pluie incessante nous contraint à rapidement nous diriger vers la demeure d’Ethel. À travers les échanges de courriel que nous avons eu, nous savons qu’il s’agit d’une ancienne professeur de français à la retraite. Nous nous imaginons une femme d’une soixantaine d’années tout juste retraitée. 
À notre arrivée sur les lieux c’est une dame de 78 printemps qui nous ouvre la porte. Nous pensons alors qu’héberger des cyclistes est une manière pour elle d’avoir de la visite… Loin s’en faut ! La septuagénaire est plus qu’active. Ce qui nous paraît par exemple être une grosse journée de vélo (50 miles – 80km) est une journée moyenne pour elle. « 70 (110km) ça commence à faire pas mal, après je fatigue » nous lance la maîtresse des lieux qui pourrait être notre grande mère. Le genre de remarque à vous faire perdre toute estime de soi. En Octobre dernier elle a fait Séville / Paris, toute seule, en 3 semaines. Pour rappel, entre les deux villes il y a ces quelques collines appelées Pyrénées. 

 

en compagnie de Super Ethel

 
Ethel est également très impliquée dans la vie de sa commune. Elle milite pour la paix dans le monde, pour la promotion du cyclisme comme moyen d’émancipation des femmes, pour les droits des gays et lesbiennes, pour la campagne de Bernie Sanders… Sans parler de ces années d’enseignement bénévole en Afrique. Une personne tout simplement « Extraordinaire ». 

 

à l’image d’Ethel

 
Nous terminons cette charmante soirée en regardant un documentaire sur Missoula, retraçant l’historique hippy et pacifiste de la ville. Nous avions observé son côté alternatif, mais avec ce documentaire, nous réalisons que c’est véritablement ancré dans l’âme de la cité. Encore un lieu, comme beaucoup dans le Montana, dont la notoriété ne passe pas les frontières et qui pourtant gagne à être connu.

 
En quittant Missoula le lendemain matin, changement de décor total. Fini la ville et et son confort, nous revoilà à travers la verdure et les montagnes. Nous passons un nouveau col et arrivons dans la réserve indienne de Flathead. Cette réserve contrairement à la majorité des autres, est assez prospère. Par ailleurs, elle a la particularité d’être « ouverte »: les non natifs peuvent également y résider. 

 

de nouveau sur la route

 
La population de la « Flathead Rez » est donc assez mélangée, à l’image de George moitié blanc moitié Salish (tribu locale). George est propriétaire d’un petit restaurant routier. Il fait paraît-il les meilleurs burgers de bison de la réserve. Il nous invite généreusement à camper dans le terrain derrière son établissement et à utiliser les toilettes ainsi que les cuisines à notre guise. 

 

George et ses burgers de Bison délicieux

 
Nous voici donc adopté par la tribu ! À l’instar d’un certain « Jocko », premier européen à s’être établi dans la région. Un trappeur canadien français qui vécut parmi les amérindiens et qui devint l’un des leurs. Son nom est souvent repris dans les environs. Comme nom d’entreprise, de sentier forestier, de bar etc…
En parlant de bar, George nous conduit chez Marigeau le bistro du coin. Il est tenu par Phil Marigeau, un indien qui curieusement a un patronyme à consonance française. Apparemment, nous explique-t-on, de nombreux trappeurs canadiens français se sont installés dans la région (après le bon vieux Jocko) et se sont mêlés aux tribus. D’où cette descendance dont les noms de famille rappellent plus le Québec ou la Normandie que lu fin fond du Montana. 

 

dans la reserve indienne

 
Encore une soirée tout à fait inattendue et mémorable. Les deux pied-tendres sur deux roues au milieu de la réserve amérindienne. À notre réveil, George nous prépare du pain perdu et des pancakes… Que nous n’arrivons même pas à terminer. Gardons à l’esprit que nous sommes à vélo et que nous devons parfois pédaler. 
Nous continuons notre progressions à travers la réserve. Nous passons par Saint Ignatus, une mission catholique fondée au XIXe siècle par un Père belge et des sœurs Québécoises. Nous y croisons d’ailleurs un couple de belges venus visiter l’endroit. Plus tard, alors que nous prenons un repas frugal sur le bord de la route, nous rencontrons Jean Jacques, un français installé ici depuis 17 ans. Il nous apprend qu’une soixantaine de français vivent dans la région. Le plus gros contingent d’étrangers. Décidément, entre cette réserve et les français, le lien est presque mystique ! 

 

la mission de saint Ignatus

 
Notre journée se termine à Ronan, chez Tom et Anna Marie. Un couple de mormons. Comme la plupart de nos hôtes, nous sommes entrés en relation via l’inévitable site WarmShowers. Lorsque nous apprenons leur confession, nous sommes un peu inquets. Après une longue journée à pédaler, comprenant deux cols, inutile de préciser que nous ne sommes pas très disposés à se faire sermonner… Ou plutôt « sermormonner »

 

Tom et Anna Marie

 
Mise à part la prière du début de repas et le fait qu’il n’y ait ni café, ni alcool, ni film interdit au moins de 12 ans dans la maison, ils ne font a aucun moment une quelconque allusion à leur croyance. Ils nous conduisent même visiter quelques curiosités touristiques proches de chez eux. 

 

le barrage kerr

 
Des indiens, des français exilés, des mormons… Que va nous apporter la providence pour les jours à venir ?… Probablement de la pluie et du vent de face, ça c’est une chose dont on peut presque être sûr. Pour le reste… Affaire à suivre.  

 

danger, serpents à sonnettes

  

paysages de la réserve

  

Jean Jacques, le français du Montana

  

des airs de Bagdad café

  

je veux travailler dans un bureau comme ça !!

  

un cousin

  

je veux les mêmes à la maison

 

Publicités

7 réflexions sur “Jours 40, 41, 42 et 43: Missoula, MT / Ravalli, MT / Saint Ignatus, MT / Ronan, MT

  1. Que de belles rencontres !!

    Cela fait du bien de voir que les relations humaines peuvent être simples et sans défiance .

    Bravo continuez ainsi et profitez de ces moments .

    On vous embrasse .

    Evelyne .

  2. Hey boys, une lecture régulière et objective de  » wheelden  » ne peut que nous inciter à l’optimisme, ainsi que je l’ai déjà écrit ici.
    Prenons par exemple la question du réchauffement climatique. Il semble bien qu’El Nino ne fasse que très peu de cas du Montana. L’hiver peut même s’y inviter au printemps. Bon, sur le vélo, face au vent, vous rêveriez sûrement d’un bon gros réchauffement qui viendrait vous allumer l’alizé dans le dos et faire fleurir la noix de coco en plein champ. Mais le fait est là. Ca ne réchauffe pas tant que ça du côté de Missoula. Votre témoignage à cet égard est une contribution majeure pour l’étude du  » global warming « . Eh oui les gars, héros déjà, mais témoins, aussi.
    Prenons maintenant la question des rapports humains. L’internet aurait désincarné l’homme dans sa relation aux autres. Bullshit ! Mensonge ! Alarmisme pisse-froid ! Là encore, je renvoie les sceptiques, les grincheux et tous les boursouflés d’aigreur à la lecture de  » wheelden  » et à sa galerie de portraits de gens extraordinairement ordinaires et si magnifiquement humains dans leur capacité à accueillir l’autre, à l’écouter et à partager, simplement, fraternellement.
    Oui, tout ne va pas si mal, et tous les prophètes de l’apocalypse qui encombrent nos écrans pour nous y faire entendre la rumeur de l’égout devraient s’inspirer de ces voix anonymes que  » wheelden  » nous donne à entendre.
    Oui, vraiment, tout ne va pas si mal. Tant mieux et merci. Bisous à vous deux.

  3. De belles rencontres et des super beaux paysages… cela vaut bien quelques vents de face!!!!!
    Je suis heureux de constater que l’on rencontre en Amérique des Français ailleurs que sur le Plateau 🙂 Je vois, en effet, que la Nouvelle-France n’est jamais très loin…

    • Hehe oui en effet. D’ailleurs, en y pensant bien, ça aurait pu faire un bon titre à cette aventure : Voyage en nouvelle France, des Rocheuses au Saint Laurent.

      Manquerait plus que la Louisiane et le Nouveau Brunswick.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s