Jour 52 et 53 : Bluff, Utah / Monument Valley, Arizona / Flagstaff, Arizona

La nuit dans notre petit oasis mormon au milieu du désert est très agréable, voir même un peu fraîche à l’aube et c’est parfait ainsi : nos premières heures sur la route ne seront pas suffocantes.
Alors que nous préparons nos affaire pour partir, l’une des membre de la petite communauté nous offre des oranges et de la glace pour mettre dans nos gourdes. Décidément, moi qui avait un à priori un peu mitigé au sujet des mormons, voici une vrai leçon d’humanité.

La journée de vélo commence idéalement bien : vent dans le dos, température agréable, route relativement plate… Les conditions parfaites pour parcourir les 80 km qui nous séparent de notre destination : Monument Valley.
Au bout d’environ 40 km, les conditions se gâtent : le vent de face se lève et nous commençons à prendre de la hauteur (un motard que nous croisons nous dit même que la route ne fait pratiquement que monter jusqu’au bout) et bien entendu le mercure augmente lentement mais sûrement.

Au fur et à mesure que nous avançons la chaleur s’intensifie et le décor est de plus en plus désertique. Une étrange sensation s’empare de nous, une sensation jamais éprouvée au cours de ce voyage : l’angoisse.
Le désert est en effet un environnement où la vulnérabilité propre à la condition de cycliste est amplifiée par l’hostilité du milieu. Cela nous met face à la réalité de notre condition d’être humain fragile et mortel. On prend conscience de l’omniprésence du danger et du fait que nous n’y avons naturellement pas notre place. Le soleil n’est plus le gentil soleil que l’on va chercher sur les plages de Cuba ou de Jamaïque, c’est un ogre sans pitié qui dévore les cyclistes insolents qui osent se lancer à travers ces terres arides de l’ouest.

Nos efforts sont récompensés par la beauté des paysages que nous traversons. Pour la petite histoire, nous passons par la « Forrest Gump road », c’est la route sur laquelle le personnage principal du film Forrest Gump court et décide de s’arrêter « parce qu’il est fatigué ». Moment culte d’un film culte.
Je dois dire qu’en ce qui me concerne, tout comme Forrest, j’ai eu envie d’arrêter sur cette route : la chaleur était à son pique, la route en constante montée et le liquide contenu dans nos gourdes était plus approprié pour préparer du thé que pour nous rafraîchir.

À la fin d’une journée accablante, nous arrivons au cœur de Monument Valley, dans un terrain de camping prévu pour les touristes.
Évidemment, nous sommes toujours en plein désert, ce qui signifie : pas d’ombre et pas d’herbe. Nous campons à même la poussière et la tente fournira l’ombre si précieuse. Heureusement il y a un petit fast food pour se restaurer, des douches et de quoi recharger nos réserves en eau. Terrassé par ce combat mené contre le désert, nous nous couchons dès que le soleil disparaît derrières les rochers.

Les nuits dans le déserts sont heureusement fraîches et permettent de dormir correctement. Le problème c’est que les nuits sont courtes et qu’à peine levé le soleil plombe la vallée. Bien que nous soyons debout dés 6:00, contrairement à la journée précédente, nous n’aurons pas de répit. Il faudra parcourir les 110 km au programme dans des conditions plus qu’extrêmes.
Notre but est de rejoindre la petite ville de Page à la frontière de l’Utah et de l’Arizona. De là nous pourrons voir le lac Powell et nous diriger vers le versant nord du grand Canyon.

Après environ 60 Km dans ce qui se fait de plus désertique en Amérique du Nord, nous nous arrêtons dans la station service d’un petit hameau situé en plein milieu d’une réserve d’amérindiens Navajo. Une pause est vitale, le moral est très bas, rarement dans ce voyage nous avons été à ce point écœurés et découragés. En plus d’être éprouvés physiquement nous avons les bras et les jambes brûlés par le soleil. Nous ressemblons à Shaun, ce jeune que l’on avait vu sortir du désert complètement carbonisé dans le Colorado. Pour couronner le tout, nous ne sommes même plus récompensés par la beauté des paysages : le sable et les herbes sèches ont remplacé les roches et les collines de Monument Valley.
C’est pendant cette pause à la station-service qu’un automobiliste nous interpelle. Il nous met en garde contre la chaleur prévue dans les heures à venir et nous raconte que quelques jours auparavant un cycliste est mort de déshydrations dans le coin. La température dépassait les 40 degrés. Notre moral déjà très bas tombe à zéro.

Notre destination est encore à 50 km. Des kilomètres faciles en terme de géographie (sans relief) mais de la plus grande hostilité au point de vue climatique.
Une vrai détresse se ressent. Nous avons le sentiment d’être pris au piège du désert. Nous ne pouvons pas passer la nuit dans le coin : il n’y a absolument rien et nos réserves de nourritures sont elles aussi au plus bas. Nous n’avons plus le choix, comme dans les montagnes blanches du New Hampshire lorsque les violentes rafales de vent menaçaient de nous pousser vers le bas côté, nous décidons de demander de l’aide. Notre santé, voir même notre survie, est maintenant en jeu.

Nous arrêtons le premier Pick-up qui passe afin de tenter d’avancer d’une trentaine de kilomètres : 20 minutes de pick-up pour économiser 2 heures de désert.
Le conducteur du véhicule qui croise notre chemin est un jeune moniteur de rafting qui revient d’une semaine à Moab. Il retourne chez lui à Flagstaff, Arizona… Proche du versant sud du Grand Canyon.
Cela n’est pas du tout notre route, bien trop au sud, mais devant l’urgence de la situation, nous prenons le temps de considérer la chose :
Nous souhaitons aller au Grand Canyon mais y aller par le sud nous rallonge de 2 jours par rapport à la suite du programme. D’un autre côté si nous embarquons pour Flagstaff, une heure après nous sommes sur place et gagnons une journée de vélo. Au final, la journée que cela rajoute est compensée par le trajet motorisé. Sans compter que cela nous permet de sortir de ce piège du désert et d’avoir la possibilité de dormir au frais dans une ville. Nous décidons d’embarquer !

Voilà que de cyclistes nous passons à « trimard » à l’arrière d’un pick up, façon Jack Kerouac. Là encore, comme bien des fois dans cette odyssée, nous n’allons pas vers notre destin mais notre destin vient à nous. C’est un peu la fameuse chanson de Renaud : « c’est pas l’homme qui prend la mer, mais la mer qui prend l’homme ». On ne maîtrise rien, notre programme change en permanence au gré des vents. Hier les mormons, aujourd’hui Flagstaff, demain qui sait… Le Mexique ? 🙂

20140610-230228-82948947.jpg

Chariot de pionnier mormon

20140610-230228-82948562.jpg

Notre campement à Bluff, Utah

20140610-230357-83037623.jpg

La chaleur n’était pas à son pique. Mais le désert était déjà bien là

20140610-230357-83037340.jpg

Une pincée de sel

20140610-230532-83132240.jpg

Voilà à quoi ressemble un cycliste dans le désert

20140610-230531-83131693.jpg

Passage du film Forrest Gump à Monument Valley

20140610-230532-83132404.jpg

Même l’herbe ne pousse plus

20140610-230531-83131876.jpg

Les monuments au loin

 

20140610-230530-83130847.jpg

La route Forrest Gump

20140610-230732-83252898.jpg

Selfie obligatoire

20140610-230728-83248542.jpg

L’Amérique quoi

20140610-230729-83249997.jpg

Celle de Khadafi était certainement mieux

20140610-230733-83253196.jpg

Miracle : de la verdure

20140610-230730-83250975.jpg

Toujours la fameuse « Forrest Gump »

20140610-231049-83449227.jpg

J’ai bien cru que ça allait aussi être mon cas

20140610-231051-83451513.jpg

Ligne droite interminable

20140610-231050-83450024.jpg

Soleil vorace… Le décor est de toute beauté mais tellement hostile

Publicités

Une réflexion sur “Jour 52 et 53 : Bluff, Utah / Monument Valley, Arizona / Flagstaff, Arizona

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s